Lundi 6 juillet 2020

Bilan sur Jéroboam (1 Rois 14,1-20)


Lire le texte

Rien ne sert de se déguiser, de se cacher devant Dieu, car il sait tout de nous, bien davantage que nous-mêmes, parce qu’il voit bien au-delà de ce que nous pouvons comprendre. Hors du temps, il connaît le passé, le présent et l’avenir. C’est donc à la femme de Jéroboam, la mère de ce garçon que Dieu s’adresse personnellement. Il nous semble bien injuste que ce soit le fils qui doive payer pour les erreurs du père, et mourir si jeune, alors que Jéroboam va continuer à régner. L’histoire d’ailleurs se répète, il en était déjà ainsi avec le fils aîné de Bethsabée, mort, semble-t-il, pour l’adultère et le meurtre de son père. Nous avons une vision bien différente des enfants comme des individus à part entière, alors que dans la Bible, c’est un peu un prolongement des parents. Et finalement, est-ce que perdre un enfant n’est pas une punition plus dure encore pour David comme pour Jéroboam que de perdre leur propre vie? J’ai de la peine à imaginer que Dieu soit à l’origine de ces morts: il y a quelque chose qui ne cadre pas avec d’autres textes et d’autres réponses de Dieu, mais au moins, pour un roi comme pour l’autre, cela les a conduits à parcourir un chemin vers une vraie repentance, même si Jéroboam a continué à osciller, «boiter», nous dit le prophète, entre les religions.

Delphine Collaud

Prière: Seigneur, pardonne-nous nos péchés et ceux de nos pères, et donne-nous de marcher dans ta lumière.  

Référence biblique : 1 Rois 14, 1 - 20

Commentaire du 07.07.2020
Commentaire du 05.07.2020